Maison Ecolo

Construise sa maison écolo.

Avant de foncer fête baissée dans un projet immobilier, voici une liste de questions à se poser pour protéger sa santé et sauvegarder notre planète.

Il est un mariage immuable entre l’homme et la planète terre. Le premier témoin est l’agriculture, le second l’urbanisme. Ces deux témoins de notre civilisation ont bouleversé notre paysage pour l’adapter d’une manière anarchique à nos exigences. Si l’homme de Neandertal avait pour préoccupation de trouver la bonne grotte qui lui assurerait un confort relatif, le contemporain achète un pavillon pour dématérialiser ses peurs.

De nos jours, les hommes qui cultivent leurs angoisses quotidiennes dans un univers de béton et d’acier rêvent pour leur maison d’un espace humanisé en phase avec leurs émotions intérieures. Apprenons à décoder nos ambitions pour construire nos projets avec la réalité économique du marché. Avant de se lancer dans la construction, n’oublions jamais que si notre projet est bien à nous, le paysage appartient à tout le monde et toute modification significative de la nature doit nous sensibiliser à l’impact environnemental de notre démarche de bâtisseur.

Le choix du terrain

Il détermine 50 % de la réussite d’un projet et rappelons qu’il est indispensable de connaître l’historique du lieu avant de se lancer dans l’acquisition. Face à la pression immobilière croissante, les municipalités n’hésitent plus à offrir à la vente des terrains à bâtir situés sur d’anciennes décharges revégétalisées.

Les friches industrielles, terrains vagues et autres zones inondables se vendent sans scrupules. Il est utile de passer une ou deux nuits sous la tente pour apprécier les subtilités et la qualité d’un biotope. Le devenir possible de l’environnement immédiat de la parcelle convoitée est aussi important que l’acquisition elle-même. Se retrouver à proximité d’une ligne TGV ou d’une usine d’incinération pourrait assombrir le ciel de vos rêves.

La botanique, l’étude géobiologique et toute science utile pour apprécier le potentiel du lieu apportent des informations utiles sur la connaissance du sous-sol et de son interactivité sur les êtres vivants. La présence de cours d’eau souterrains, de failles et de certaines plantes est à éviter.

La prêle indique, par exemple, la présence d’eau. Enfin la lecture du plan d’implantation des lignes électriques, des réseaux de câblage et des réseaux de téléphonie mobile sont autant d’indicateurs à prendre en compte avant de se lancer dans la construction d’un habitat bio.

Enfin, dernière démarche, la visite du voisinage vous donnera un aperçu sur la qualité des rapports humains indispensables à l’harmonie d’un lieu.